Composante 3 : Projets pilotes d’engagement citoyen & Gestion & suivi-évaluation du projet .

Contexte et justification

  • A la suite de l’évaluation à mi-parcours du PPDC, une restructuration du projet a été entreprise dans le but de renforcer plusieurs points fondamentaux liés aux objectifs de la composante 3 du PPDC que sont :
  • (i) les liens institutionnels avec les communes et les organismes déconcentrés de l’Etat,
  • (ii) les mécanismes d’accès à l’information par les populations au niveau local,
  • (iii) la gestion de doléances,
  • (iv) le renforcement de l’inclusion des femmes et des jeunes dans les activités du PPDC et dans les processus de développement locaux.

La restructuration partielle du projet a concerné essentiellement la modification des activités de la composante 3 afin de mettre en place des pilotes d’engagement citoyen pour renforcer la communication et l’appropriation par les bénéficiaires dans une logique de développement territorial. C’est ainsi qu’il a été retenu de mettre en œuvre des pilotes d’engagement citoyen dans 3 villages par commune. Cette phase pilote ciblera au total 3 communes dans les 3 régions couvertes par le PPDC.

 Sous composante 3.1. Information, animation et Communication.

Dans le cadre de protocole PPDC-ANRAC, un programme était initié pour renforcer la communication et la mobilisation sociale visant à préparer les communautés au pardon, à la réconciliation afin de raffermir les liens intra et inter communautaires pour un climat social apaisé. Ces activités visent également à améliorer la communication à l’endroit des autorités administratives et locales, mais surtout des bénéficiaires pour gagner en notoriété et susciter un sentiment d’appropriation des réalisations du projet par les populations.

Ainsi, au troisième trimestre de l’année 2017, onze (11) rencontres communautaires ont été organisées dans les communes d’Oudoucar, Diaroumé, Diendé, Djinany, Diamalathiel, Diambaty, Faoune, Bona, Diacounda, Niassya et Boutoupacamara Counda. Celles-ci ont enregistré la participation des élus, des responsables d’organisations de jeunes et de femmes, des Chefs de village, des chefs religieux et coutumiers et des responsables d’organisations paysannes notamment ALSE, CAPE (Djinany, Faoune, Diaroumé, Diambaty), PAKAO-EST, AJAAK Colufifa, COOPAD et GIE Alima Diwane.

Des visites de courtoisie sont effectuées au préalable auprès des autorités administratives notamment le Gouverneur de la région, Sous-préfets et auprès des services régionaux (Chef de service régional d’appui au développement local, Direction Régionale de Développement Rural).

Ces cadres ont constitué des moments forts d’échange et de partage sur les activités du PPDC, le rôle et responsabilité des différents acteurs mais aussi les attentes des participants. Au total 707 personnes dont 499 hommes (71%), 208 femmes (29%) et 176 jeunes (25%) ont participé à ces rencontres.

Sous composante 3.2. Engagement Citoyen

Cette composante vise le renforcement des capacités des acteurs en vue de soutenir le processus de décentralisation, portant principalement sur l’accroissement des capacités des communes et des villages dans le processus de développement local ainsi que le renforcement des capacités en vue de l’augmentation de la cohésion sociale et de l’inclusion.  Cette sous composante appuiera l’élaboration ou l’actualisation des documents de planification communale (PDC) dans 3 communes à travers les 3 régions en établissant des mécanismes d’engagement de citoyen pilotes concentrés sur la planification participative et des mécanismes de gestion et de règlement des plaintes et doléances. Elle est organisée principalement autour de deux sous activités :

  • Elaboration/actualisation des plans de développement communal

L’engagement citoyen se réfère ici à un processus de planification qui accorde une grande importance aux besoins des populations à la base. En vue d’apporter l’appui nécessaire aux bénéficiaires et de renforcer leurs capacités de planification et de mise en œuvre des actions de développement, il est prévu d’accompagner les communes dans l’élaboration participative de leur Plan de Développement Communal.

  1. Commune de Diégoune:

La commune de Diégoune, considérée comme première commune test a organisé des réunions pour la mise en œuvre d’activités-pilotes d’engagement citoyen et de gestion des plaintes. Les étapes ci-dessous sont déjà franchies par la commune en rapport avec toutes les parties prenantes :

  • La tenue de réunions au niveau de la Mairie et au niveau des villages de la commune pour le partage du contenu des pilotes d’engagement citoyen, du système de gestion des plaintes et du plan de développement communal ;
  • La tenue de l’atelier de lancement en présence des Autorités (sous-préfet), de représentants des Services départementaux/régionaux de planification et/ou de développement incluant ARD, SDDR, agents – santé éducation, eaux et forêts, environnement, des représentants des diverses associations (Groupements féminins, ASC, Groupements de producteurs, comité de vallée) ; des ONG, projets et programmes intervenant sur le territoire communal, des Notables et autres personnes ressources des quartiers : Imam, chef de village/quartier, etc.
  • La tenue d’ateliers de partage avec toute l’équipe d’animation de la commune pour aborder les points suivant :
    • la définition des rôles et responsabilités des membres de l’équipe d’animation ;
    • le choix et l’agencement des activités des deux journées de l’atelier de lancement ;
    •  l’élaboration des Termes de références : objectifs, activités, méthodologie et résultats attendus des travaux des groupes de travail pour l’activité du diagnostic communautaire participatif ;
  • Préparation et tenue d’une réunion avec les populations sur l’implantation d’un pilote d’engagement citoyen sur les doléances au sein du conseil municipal ;
  • La tenue des réunions de Consultations et diagnostics participatifs des différents secteurs ;
  • La formation de quatre jeunes de la commune à l’utilisation de GPS pour la cartographie des données et infrastructures socioéconomiques ;
  • La collecte de données socioéconomiques pour l’élaboration du PDC ;
  • La prise des coordonnées des infrastructures socioéconomiques à travers la commune pour l’élaboration du PDC ;
  • L’élaboration par le PPDC, la DADL et les trois SRADL d’un plan d’action pour le contrôle de légalité des différentes étapes du processus d’élaboration des trois PDC ;
  • la tenue de deux réunions les 08 et 18 août 2017 avec l’ensemble des parties prenantes (PPDC, Consultant, ANRAC, SRADL Ziguinchor, SRADL Kolda, SRADL Sédhiou, Consultant RTS4) afin de relancer les activités par le concoure du Consultant recruter pour appuyer les SRADL et le PPDC à actualiser/élaborer des plans de développement communaux et mettre en œuvre les projets pilotes d’engagement citoyen en Casamance.
  • La tenue le 05 octobre 2017 à Diégoune de l’atelier de restitution du bilan diagnostic et de définition des axes stratégiques de développement de la commune
  • A l’issue de ces deux rencontres, les participants ont retenu :
  • de réaliser des activités dans le très court terme ;
  • de dresser une feuille de route pour les deux autres communes des régions de Kolda et Sédhiou
  1. Activités dans les deux autres Régions:

Région de Sédhiou :

  • la tenue d’une rencontre d’Informations de l’Administration avec les autorités de la Région du projet pilote d’engagement citoyen
  • la tenue d’une réunion de présélection de la commune pilote pour la région
  • la préparation de la tenue de l’atelier de validation de la Commune pilote de la région de Sédiou

Région de Kolda :

  • la tenue d’une rencontre d’Informations de l’Administration avec les autorités de la Région du projet pilote d’engagement citoyen
  • la préparation de la tenue de l’atelier de validation de la Commune pilote de la région de Kolda
  • Mise en place d’un système de gestion des doléances et des plaintes

Un système de contrôle citoyen, adapté au cadre de résultats et aux spécificités du PPDC, est institué ici au niveau de la mairie pour la collecte et le suivi des plaintes des bénéficiaires et leur transmission par des canaux adéquats au PPDC. Pour les plaintes qui aillent au-delà du Projet, le Maire doit pouvoir saisir les responsables par ailleurs. Les plaintes sauvegarde doivent être suivies de façon étroite par le projet pour éviter toute difficulté ultérieurement.

Le dispositif physique implanté au niveau de la mairie sera souple et reposera sur la responsabilisation directe d’une personne à la mairie chargée de l’administration et le suivi des plaintes. Un encadrement des bénéficiaires est offert pour recueillir et canaliser les plaintes à travers les CEC qui agiront comme interface entre la mairie, le PPDC, le conseil communal et les populations.

Au cours du trimestre des rencontres sont organisées avec le Maires de Diégoune pour la préparation de la mise en place du système.

Sous composante 3.3. Fonds de financement du développement local: Financement de sous projets Villageois. 

Cette sous-composante fournira le financement aux micro-projets (sous-projets villageois) qui sont retenus comme prioritaires par les populations afin de soutenir la mise en œuvre des PDC dans 3 communes. Les micro-projets qui seront sélectionnés pour financement concerneront des actions structurantes, des activités génératrices de revenus ou de petits investissements pour des groupes vulnérables. La stratégie actuelle à valider a privilégié les jeunes, les femmes et les producteurs qui sont les bénéficiaires directs visés par le projet dont on cherche à renforcer la participation. Le financement de sous projets permettra de soutenir la reconstruction, la réconciliation et la stratégie de développement durable promue par le PPDC en renforçant la cohésion sociale locale et complétant d’autres plus grandes activités du PPDC des composantes 1 et 2. Des résultats du suivi participatif seront pris en compte pour informer ou améliorer la mise en place des activités avec un retour vers les bénéficiaires

Au cours de l’élaboration du bilan diagnostic du PDC de Diégoune, les communautés commencent à identifier des sous projets. Des activités sont aussi organisées en coordination avec l’ANRAC au cours du trimestre pour l’identification des sous-projets.

 Appui à la gestion, au suivi évaluation, à la coordination et au pilotage

Pour cette sous-composante appui à la gestion, au suivi et à l’évaluation du projet les résultats ci‑dessous sont obtenus après le recrutement du Coordinateur du Projet et de son staff.

  1. Réalisation d’un Système d’Information Géographique (SIG) du PPDC (www.sig-ppdc.org) pour la Casamance : cet outil mis en place contribue fortement à la mise en œuvre des axes/planifications stratégiques en rapport avec les Collectivités Locales (Communes & Conseils Départementaux).
  2. Réalisation du site web du Projet : Le site web du PPDC : ppdc.sn est en ligne depuis début juin 2015. Un suivi plus fréquent des mises à jour régulières est recommandé pour rendre le site plus dynamique et attractif.
  3. Formation des animateurs/relais/points focaux et DRDR. En rapport avec la DAPSA et la FNDASP, un plan d’action est élaboré et mise en œuvre chaque année pour renforcer le dispositif du suivi évaluation au niveau local mais aussi les SDDR&DRDR sur les techniques que collecte de données production (superficie, production, mesures de carré de rendement, usage des GPS, etc.).
  4. Evaluation et Calcul des données de la Campagne agricole avec la DAPSA. Dans le cadre de la mise en œuvre de ces activités, en particulier le suivi des indicateurs du cadre de résultat de la composante1, le PPDC et la DAPSA, ont convenu d’un commun accord chaque année pour élaborer un plan d’action dans le cadre de l’estimation, l’évaluation, le calcul & traitement des données de productions de riz (superficies, production, rendements: total, Moyennes, proportions et variance, etc.) mais aussi pour mener des enquêtes thématiques sur les ménages agricoles en Casamance.
  5. Communication autour du Projet. Pour ce volet, les différents canaux audio-visuels sont utilisés (télévision : nationale, privées ; radios : nationale, privées, communautaires ; presse écrite, sensibilisations de masse ; site web ; SIG ; et les réseaux sociaux (facebook et twitter) ; etc). La collaboration avec ANRAC a permis aujourd’hui le renforcement de la communication du projet au niveau communautaire dans les zones les plus fragiles. Par ailleurs, des protocoles de partenariats signés avec neufs (09) radios communautaires afin de renforcer la communication autour des activités du PPDC en rapport avec ANRAC. Les signatures de ces protocoles sont réalisées le samedi 22 avril 2017. Au courant du second trimestre et troisième trimestre ces radios communautaires ont fortement participé à la préparation de la campagne et à la communication sur les points de sessions des intrants, les modalités de sessions mais aussi le respect des itinéraires techniques. Des termes de références sont en cours de finalisation pour le recrutement d’un spécialiste en communication pour le Projet.
  6. Mise en place d’une bibliothèque numérique pour la Casamance. Le Projet Pôle de Développement de la Casamance (PPDC) prévoit de réaliser une Bibliothèque Numérique pour centraliser et faciliter l’accès à l’information technique, économique et sociale aux institutions intervenant dans le Pôle. Ce projet d’une Bibliothèque Numérique sera un outil qui devra permettre de numériser, stocker, organiser et diffuser des travaux réalisés depuis les années 1960 jusqu’à nos jours sur les thématiques socioéconomiques et environnementaux. La collecte des données a démarré. Les étapes suivantes seront adoptées:

(1) Lettre d’information des trois Gouverneurs de la Casamance sur le projet de la Bibliothèque Numérique et transmission d’une circulaire aux STD, Projets, Programmes, ONG, Agences, Instituts, etc. de chaque région ;

(2) Recueil de toute la documentation existante sur les thématiques du développement rural, des ressources naturelles, de la socio économie, etc. en format numérique et / ou papier ;

(3) Acquisition et traitement des documents par le PPDC ;

(4) Mise en place des équipements adéquats (machine/appareil de numérisation, logiciel) par le PPDC ;

(5) Mise en place de la base de données numérique par le PPDC avec l’appui d’un Archiviste / Bibliothécaire et d’un Informaticien / Webmaster ;

(6) Paramétrage et la Sécurisation du système par le PPDC et Informaticien / Webmaster en rapport avec les fournisseurs de documents ;

(7) Validation de l’outil et de l’accès par l’ensemble des parties prenantes ;

(8) Mise en ligne et fonctionnalité de l’outil par le PPDC durant la vie du projet ;

(9)Transmission aux STD, Projets/Programmes, ONG, Agences des originaux de leurs documents, accompagnés des copies numériques des documents livrés au PPDC ;

(10) Transfert de la gestion de l’outil en collaboration avec les autorités publiques pour garantir les accès.

Au courant du semestre, une mission de diagnostic de trois (3) techniciens de l’EBAD est organisée au niveau de la Casamance. Cette mission a permis de :

  • Visiter les Projets, Programmes, ONG, Agences, Instituts détenant des documents ou abritant une bibliothèque ;
  • Rencontrer les autorités et les services techniques de l’Etat, Projets, Programmes, ONG, Agences, Instituts, etc.
  • Elaborer un projet de protocole et un plan d’action pour la mise en œuvre de la bibliothèque numérique.

NB : ce projet de protocole est transmis à l’IDA au second trimestre pour une demande d’ANO. L’ANO de l’IDA est reçu le 08 juin 2017.

 

Mise en place d’une Base de données pour les OP :

Le projet pôle de développement de la Casamance a fondé sa stratégie opérationnelle sur l’appui aux Organisations de producteurs à rendre des services de qualité à leurs membres. Cet appui se fait selon deux axes :

  1. (i) le renforcement des capacités institutionnelles des Ops d’une part et
  2. (ii) d’autre part l’amélioration des compétences de leurs membres y compris leur leadership. L’objectif de cette stratégie étant de responsabiliser les OP pour préparer les populations à prendre en charge leur propre développement avec l’accompagnement de l’État. Dans cette perspective, le PPDC a reçu l’ANO de l’IDA au mois de février 2017 pour mettre en place des outils de gestion, d’aide à une prise de décision qui sont des facteurs déterminants au succès.

Cette base de données va regrouper les informations sur chacune de ces OP (ie : les membres, leurs activités, les résultats atteints, les financements reçus, les créances auprès des institutions financières, les créances de ses membres, etc…). Le système des bases de données facilitera ainsi les interactions entre le projet et un grand nombre de ces bénéficiaires directs.

La base provisoire a été restituée au projet le 24 août 2017.

Implication des Communautés aux activités du projet :

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet des acteurs locaux interviennent avec les rôles et responsabilités qu’on peut décliner comme suit :

    • Concernant les Collectivités locales, elles interviennent entre autres dans : les délibérations foncières, la mobilisation des communautés pour les HIMO, l’entretien et maintenance des ouvrages, l’information et sensibilisation des communautés, le suivi de la bonne marche des ouvrages et des infrastructures, l’appropriation des infrastructures, la mobilisation de la contrepartie
    • Concernant les acteurs locaux (leaders d’opinion), ils jouent un rôle d’information et sensibilisation auprès des populations, de mobilisation sociale et un rôle de médiation sociale.
    • Quant aux populations, elles sont impliquées dans : la participation aux travaux HIMO, la participation à l’entretien des infrastructures, l’appropriation des ouvrages et réalisations, l’accueil des équipes d’entreprises, la facilitation de l’accès au foncier, les apports pour les contres parties.