C’est la période des récoltes dans les fermes horticoles aménagées par le PPDC en Casamance. A Yabone, Haier et Balingore dans la région de Ziguinchor de même qu’à Marsassoum, Bogal et Tabadian dans la région de Sédhiou, le décor est le même avec des femmes et des jeunes qui goûtent aux fruits de leur labeur. Les produits vont de la pastéque, à la courgette en passant par le gombo, la laitue et le bissap. Ces produits, très demandés sur le marché local, mais aussi achetés bord-champ par des opérateurs, constituent une bouée de sauvetage pour les exploitants qui ont une belle opportunité d’avoir des revenus.De véritables grains de la résilience en cette période de rigueur économique que nous impose le Covid 19.

 

Les huit conseillers agricoles recrutés par le PPDC pour appuyer les exploitants des fermes horticoles ont reçu chacun une motocyclette. Cet important outil de travail permet à ces jeunes de suivre au quotidien le travail de mise en valeur des fermes mais aussi d’apporter des conseils pour la consolidation des travaux menés dans les 18 blocs maraîchers réhabilités par le projet au profit des femmes.

La célébration du 60e anniversaire de l’accession du Sénégal à l’indépendance sera une date inoubliable pour les exploitants de la ferme de Yabone qui ont procédé ce 04 avril à leur première récolte de courgette. Cette ferme de 12 ha fait partie des neuf fermes horticoles aménagées par le PPDC dans chaque département de la Casamance pour promouvoir l’emploi des jeunes et des femmes mais aussi pour valoriser le fort potentiel horticole de cette zone. Les exploitants ont ainsi signé un contrat avec un opérateur de marché qui viendra tous les trois jours, récolter bord champ, les produits. Ce qui constitue une véritable alternative pour ces populations qui ne comptaient, durant cette période, que sur la cueillette de cajou, une activité sérieusement compromise par la pandémie de COVID 19.


Pour tirer le meilleur de la culture du riz, il urge de concorder les calendriers pluviométrique et cultural. L’Association pour le développement de Djignaki a consacré son forum sur ce thème. Les membres ont salué à l’occasion les efforts consentis par le PPDC pour le développement de la riziculture dans cette zone.

Forum Djignaki

Pour tirer le meilleur de la culture du riz, il urge de concorder les calendriers pluviométrique et cultural. L'Association pour le développement de Djignaki a consacré son forum sur ce thème. Les membres ont salué à l'occasion les efforts consentis par le PPDC pour le développement de la riziculture dans cette zone.

Posted by Projet Pole De Développement De La Casamance on Tuesday, March 3, 2020

M. Aly Zulficar Rahim, Directeur sectoriel du département social de la Banque Mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre a visité ce jeudi 30 janvier quelques réalisations du PPDC dans la région de Casamance.
Il a notamment visité le bloc maraîcher des femmes de Bourofaye Bainouck, le centre de groupage de Dioher et la vallée de Mpack.











Partout où il est passé avec le Coordonnateur du PPDC, les populations lui ont réservé un accueil chaleureux dans la pure tradition locale. Les populations ont aussi montré toute leur satisfaction et ont fait des témoignages éloquents sur l’impact du projet sur leur quotidien.

A Bourofaye Bainouck, les femmes ont insisté sur l’importance du bloc maraîcher pour leur sécurité alimentaire et la scolarité de leurs enfants. A Dioher, c’est surtout le rôle déterminant de la miniplateforme sur le revenu des populations qui est mis en avant. Regroupés autour de l’Association des Usagers de la plateforme de Dioher, les exploitants ont expliqué aux représentants de la BM comment ils arrivent à se concerter pour fixer le prix de leurs produits qu’ils regroupent au niveau de la miniplateforme pour faciliter l’écoulement auprès des opérateurs. A Mpack, c’est surtout le rôle déterminant de la digue-piste dans la mobilité des populations et la rétention des eaux pour améliorer les rendements en riz et la pratique du maraîchage qui est mis en exergue par les populations. Au terme de sa visite, M. Rahim a affiché toute sa satisfaction surtout à cause du rôle joué par le projet dans la zone sociale des zones visitées.

 

Le PPDC en conclave avec les organisations de producteurs du sud

Le PPDC organise un atelier d’échanges avec les organisations de producteurs partenaires sur les préparatifs de la campagne agricole 2019/2020. Cet atelier prévu du 25 au 27 juin 2019 à Sédhiou est une occasion pour le projet de discuter des modalités de préparation de la campagne agricole notamment l’accès aux intrants, aux services et au matériel agricole. Il sera également question, durant ces deux jours de conclave de partager et de valider les modalités de gestion et d’utilisation des fonds séquestres et de gestion des parcelles pilotes avec la prise en charge des modules de formations sur les BPA (Bonnes pratiques agricoles) et le PGPP (Programme de Gestion des Pestes et Pesticides). Toutes les organisations paysannes signataires d’un protocole d’accord avec le PPDC sont ainsi conviées à cette rencontre. Il s’agit, entre autres, de la FADDO (Oussouye), de BLOUF EMANO (Thionck Essyl), ENTENTE (Diouloulou), des CRCR de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou, du REPROSENER (Sédhiou), de FEPROBA (Anambé). La finalité de ces conventions avec les OP devrait permettre aux communautés de bénéficier de services de qualité pour l’amélioration de leur condition de vie.

 

Une mission de supervision de la Banque Mondiale a séjourné du 20 au 24 mai en Casamance pour constater l’état d’avancement des infrastructures du PPDC. Durant son séjour, la mission s’est notamment rendue à Bignona pour un entretien avec la mairie sur l’état d’exécution du Plan Succinct de Réinstallation (PSR) qui avait retardé les travaux d’extension de la Plateforme Économique Intégrée de Bignona. Elle a ensuite fait cap sur la région de Sédhiou pour constater de visu les réalisations faites au niveau de la vallée de Bounkiling avant d’aller à Diaroumé recueillir les témoignages des populations sur l’impact du programme d’engagement citoyen mis en œuvre par le projet dans la commune. La mission a également effectué une visite de chantier de la ferme horticole de Haier dans le département de Oussouye. Les travaux avancent à un rythme satisfaisant et la mise en exploitation est prévu dès cette année. La mission a également rencontré les chefs de village qui polarisent la mini plateforme de Dioher dans le Nyassia. Ils ont à l’occasion remercié les autorités sénégalaises et la Banque mondiale pour la réalisation de cette infrastructure qui va, selon leur porte-parole « rehausser le niveau de vie des populations et nous permettre de grouper notre production et de négocier ensemble afin d’écouler nos produits à un prix fort qui nous permettra d’augmenter sensiblement nos revenus ».

 

Les producteurs et acteurs économiques de Dioher (Nyassia) se sont réunis ce vendredi 17 mai pour mettre en place un comité de gestion de la miniplateforme construite dans la commune par le PPDC. Une occasion saisie par le Projet pour échanger avec les acteurs sur les modalités d’exploitation, de gestion et d’expliquer aux populations leur rôle crucial pour une exploitation pérenne et durable de la miniplateforme. Cette infrastructure va, selon les bénéficiaires « rehausser le niveau de vie des populations et nous permettre de grouper notre production et de négocier ensemble afin d’écouler nos produits à un prix fort qui nous permettra d’augmenter sensiblement nos revenus ». Le PPDC va construire au total 14 miniplateformes qui seront ainsi des centres de groupages des produits agricoles et forestiers. cinq sont déjà prêtes et en service et neuf autres miniplateformes en chantier très avancé.

Les caves, magasins et sous-sols des sièges des projets développés en Casamance regorgent de toutes sortes de documents souvent abandonnés, difficilement consultables et laissés à la merci des intempéries. Pourtant ces documents sont une source inestimables de savoirs sur la région. Pour sauver tout ce patrimoine, le PPDC a entrepris un projet de numérisation, de sauvegarde et de valorisation du patrimoine casamançais. L’objectif est de faciliter l’accès à la connaissance et d’offrir aux utilisateurs une bibliothèque autonome. Dans le cadre de la mise en œuvre de cet ambitieux projet, le PPDC a initié une collaboration avec l’EBAD (École des Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes) qui a mis à la disposition du projet neuf jeunes diplômés de l’EBAD qui sont déployés dans les trois régions d’intervention du projet (Ziguinchor, Sédhiou, Kolda). Déjà, le volume total de pages numérisées est de 116 038 pages tirés de plus de 1000 ouvrages, rapports, études etc. il leur reste encore beaucoup de travail à abattre car le stock est loin d’être épuisé comme on peut le constater sur ces images qui entourent l’équipe de mise en oeuvre.

 

Dans sa mission d’appui à la production, à la post-récolte et à la mise en marché des produits agricoles, le Projet Pôle de Développement de la Casamance (PPDC) a facilité la participation d’une trentaine d’opérateurs économiques et d’organisations de producteurs à la 20e FIARA en mettant à leur disposition un stand de 72 m2. En marge de cette rencontre d’échanges et de recherche de partenaires, le PPDC a prévu d’organiser le Jeudi 25 avril 2018 à 10h à la salle Alioune Diop du CICES un forum sur le thème “Les organisations de producteurs dans le dispositif de mise en œuvre des projets: Cas du PPDC”.
La journée sera clôturée par une séance de dégustation de mets à base de produits du Pôle Casamance.

  • 1
  • 2